top of page

Tirage du Yi King avec les baguettes d'achillee

La méthode avec des baguettes ou des tiges d’achillée est la plus ancienne. Elle fut inventée juste après l’époque de la divination à l’aide de carapaces de tortue.


Cette méthode présente un avantage de taille par rapport à la méthode avec des pièces de monnaie : elle prend plus de temps.


En effet, le lancer de pièces ne prend que quelques minutes, tandis que le comptage des baguettes peut prendre entre 20 et 30 minutes, suivant que l’on pose une question simple ou une question double. Le tirage de baguettes oblige aussi l’individu à être plus attentif lors du déroulement du procédé.


Temps long et focalisation de l’esprit font donc de cette méthode une forme de méditation à part entière et amènent le/la pratiquant.e à un état de calme propice à la consultation du Yi King.


À l’origine, ce type de tirage s’effectuait avec des tiges d’achillée, mais on peut très bien l’effectuer à l’aide de simples baguettes, par exemple en bambou. Celles-ci seront, par contre, toujours au nombre de 50.

lignes yin par deux traits discontinus. Les lignes yin et yang peuvent être soit stables, soit mutantes.



Mode d'emploi

1. Même étape que pour la méthode de tirage avec des pièces de monnaie.


2. Comptez les baguettes et assurez-vous qu’elles soient bien au nombre de 50.


3. Retirez une baguette du paquet et posez-la devant vous, un peu à l’écart de l’espace réservé au comptage des autres baguettes. Celle-ci symbolise le « un », l’unifié, le Souffle d’où émerge la polarité yin-yang. Elle n’interviendra plus lors du tirage.


4. Tout en pensant à votre question, divisez le paquet en deux (pensez à votre question chaque fois que vous séparez le paquet en deux tas distincts).


5. Déposez un des deux tas et prélevez une baguette dans l’autre, que vous placerez entre l’annulaire et l’auriculaire de votre main non dominante (la gauche si vous êtes droitier, la droite si vous êtes gaucher).


6. Déposez le tas que vous avez en main et prenez l’autre. Comptez les baguettes quatre à quatre, jusqu’à arriver à un reste compris entre 1 et 4. Placez ce reste entre l’annulaire et le majeur de votre main non dominante.


7. Déposez le tas que vous avez en main et reprenez le premier tas. À nouveau, comptez les baguettes quatre à quatre, jusqu’à arriver à un reste compris entre 1 et 4 que vous placerez, cette fois-ci, entre le majeur et l’index de votre main non dominante.


8. Comptez les baguettes qui sont entre vos doigts. Leur nombre doit être égal à 5 ou à 9. Déposez-les à l’écart, puis rassemblez les deux tas de baguettes restantes pour n’en faire qu’un seul.


9. Répétez les étapes 4, 5, 6, 7 et 8. Cette fois, le nombre de baguettes entre vos doigts doit être égal à 4 ou à 8. Déposez-les à l’écart, puis rassemblez les deux tas de baguettes restantes pour n’en faire qu’un seul.


10. Répétez une dernière fois les étapes 4, 5, 6, 7 et 8. Le nombre de baguettes entre vos doigts est à nouveau soit un 4, soit un 8. Déposez-les à l’écart.


11. Vous avez maintenant trois restes mis à l’écart, le premier comprenant 5 ou 9 baguettes, les deux suivants 4 ou 8. Le total de ces trois restes est égal à 13, 17, 21 ou 25. Notez ce chiffre à la ligne 1 de votre feuille (voir étape 1).


12. Rassemblez toutes les baguettes (sauf la première, placée à l’écart au début du tirage) et répétez encore cinq fois les étapes allant de 4 à 11, de façon à pouvoir noter le chiffre 13, 17, 21 ou 25 à la ligne 2, puis à la ligne 3 et ainsi de suite jusqu’à la ligne 6 de votre feuille.


13. Construisez votre hexagramme. Celui-ci peut être composé de lignes yin et/ou yang. Les lignes yang sont représentées par un trait continu, les lignes yin par deux traits discontinus. Les lignes yin et yang peuvent être soit stables, soit mutantes.

Le chiffre 25 correspond à un yin mutant (aussi appelé « vieux yin »). Par convention, on dessine une croix entre les deux traits discontinus.

Le chiffre 21 correspond à un yang stable (ou « jeune yang »).

Le chiffre 17 correspond à un yin stable (ou « jeune yin »).

Le chiffre 13 correspond à un yang mutant (ou « vieux yang »). Par convention, on dessine un cercle au milieu du trait continu.

14. À partir de cet hexagramme, vous allez maintenant dessiner votre hexagramme de situation, qui, comme son nom l’indique, parle de votre situation à l’instant du tirage. Il est la réponse du Yi Jing à votre question.

L’hexagramme de situation n’est rien d’autre que l’hexagramme que vous venez de construire. Il est simplement débarrassé des croix et des cercles dessinés sur les lignes mutantes, dans le cas où vous auriez obtenu un ou plusieurs 6 ou 9.


15. Si vous avez obtenu une ou plusieurs lignes mutantes, surlignez-les, car elles sont très importantes. Les textes qui leur sont associés apportent souvent une réponse plus précise à votre question que le nom de l’hexagramme et le texte du Jugement. Ces lignes mutantes vont également vous permettre de dessiner votre hexagramme de perspective.


16. L’hexagramme de perspective ne peut être dessiné que si vous avez obtenu une ou plusieurs lignes mutantes. Si tel est le cas, reproduisez les lignes stables de votre hexagramme de situation et faites muter les lignes mutantes, c’est-à-dire transformez les lignes yin que vous avez surlignées en lignes yang et les lignes yang surlignées en lignes yin.


Attention, l’hexagramme de perspective ne décrit pas votre avenir. Il vous indique simplement ce qui est en germe dans la situation présente. En quelque sorte, il vous dit : « Si les choses restent en l’état actuel, voilà ce vers quoi la situation pourrait évoluer. »


17. Une fois votre hexagramme de situation établi, reportez-vous au tableau ci-dessous pour trouver le numéro de votre hexagramme.


Commencez par identifier le trigramme inférieur (les trois premières lignes de l’hexagramme) dans la colonne verticale, puis le trigramme supérieur dans la colonne horizontale. Le croisement des deux colonnes aboutit à votre hexagramme.


Faites ensuite de même pour l’hexagramme de perspective si vous en avez un.

18. Lorsque vous avez identifié le numéro de votre hexagramme de situation et celui de votre éventuel hexagramme de perspective, reportez-vous à une traduction du Yi King pour découvrir les textes qui leur sont associés.


Pour l’hexagramme de situation, lisez le nom de l’hexagramme, le texte du Jugement et ceux des lignes mutantes si vous en avez (les textes des lignes stables ne vous concernent pas). Lisez également le texte de la Grande Image et celui de la Xe Aile.


Pour l’hexagramme de perspective, limitez-vous au nom de l’hexagramme et au texte du Jugement.


À noter que les textes originels du Yi King (nom, texte du Jugement et textes des traits) sont clairement différenciés dans les traductions de Cyrille Javary et Pierre Faure, ce qui n’est pas le cas dans toutes les traductions du Livre des Transmissions.


0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page